1/02/2018 - "Deux industriels créent une machine pour viticulteurs perchés. Initiateur des outils portables à batterie dans les espaces verts, Pellenc fait également partie des leaders mondiaux de la mécanisation viti-vinicole. La volonté d'améliorer ses machines à vendanger a amené l'industriel à collaborer avec un des rois de l'échafaudage : Tubesca-Comabi. Le nouveau porteur Optimum se déploie sur des tracteurs emjambeurs.

Entre viticulture et paysage, le lien saute aux yeux du public, même si les deux filières professionnelles ne l’ont pas forcément perçu. Depuis sa création en 1974 par Roger Pellenc, fils de vignerons à Pertuis dans le Vaucluse, l’entreprise Pellenc incarne le lien entre ces deux familles d’espaces verts, sur le créneau des machines destinées à en faciliter l’entretien. Le porteur multifonction Optimum en apporte l’illustration la plus récente, dans le domaine du travail viticole en hauteur.
L’engin de près de 4 m de haut, de 3 m de large et de 6 m de long se déploie sur des tracteurs enjambeurs 130 et 330. Le montage de ces machines impose des postes de travail en hauteur de 1 à 3 m, trop souvent instables, inconfortables et donc dangereux. La sécurisation et l’amélioration ergonomique de cette opération ont guidé la coopération entre Pellenc et Tubesca-Comabi. Près de deux années de développement et de mise au point ont visé à concilier des impératifs souvent complexes. Il fallait en effet parvenir à réaliser des structures mobiles assurant le positionnement des postes de travail autour des machines. «Chaque cas est unique, indique Laurent Vigier-Latour, responsable produits et applications sur mesure de Tubesca-Comabi. Nous avons mis à profit l’expérience acquise avec notre concept en alu Modul Access pour accompagner le service méthodes dans l’étude de faisabilité et l’élaboration du cahier des charges définissant chacune des trois plateformes. Notre bureau d’études a alors conçu les prototypes, livrés en 2014. Les tests ont permis de mettre en évidence quelles améliorations apporter avant la mise en fabrication des modèles définitifs. » Au total, l’usine Tubesca-Comabi d’Ailly-sur-Noye, dans la Somme, a produit quarante plateformes avant de finaliser sa nouvelle ligne industrielle.

Trois ateliers sécurisés
De part et d’autre d’une piste, les monteurs installent les éléments: électricité, hydraulique, moteur, etc. Pour réduire la hauteur d’intervention, chaque machine se déplace sur des roulettes et ne reçoit ses roues définitives qu’en toute fin de chaîne. Une ligne parallèle sert au montage de la très complexe tête de récolte, équipement de base de l’Optimum multifonction. À l’amont du process, trois plate-formes autoportantes doivent s’adapter sur le châssis des machines. Un garde-corps, des plinthes et une échelle d’accès garantissent le confort et la sécurité. Les éléments sont mis en place par pont roulant. Plus loin, l’intégration de la structure de la tête de récolte, avec ses systèmes mécaniques, électriques et hydrauliques, nécessite l’accessibilité de trois niveaux, à travers des escaliers avec main courante et portillon. Les paliers sont eux aussi munis de garde-corps et équipés de plinthes pour éviter le glissement et la chute d’outils, en complément des stabilisateurs antibasculements. Pour le montage des tracteurs enjambeurs, une troisième plateforme organise le travail déporté au-dessus de la machine. Elle comporte un cadre qui se glisse sous le châssis pour garantir l’équilibre. Le plancher en surplomb est ceinturé par un garde-corps avec portillon et par des plinthes. Il est accessible par un escalier avec main courante. Ces équipements apportent un confort et une sécurité conformes au décret n° 2004-924 et à la norme EN IS014122. Au-delà même de ses obligations légales, Pellenc suit sa stratégie d’amélioration permanente pour ses propres opérateurs, en même temps que pour les utilisateurs de ses machines.


Témoignage : Pierre-Antoine Barre, responsable des méthodes chez Pellenc
Chargé de concevoir, de mettre en oeuvre et de contrôler les nombreux processus nécessaires pour produire les matériels Pellenc, Pierre-Antoine Barre décrypte la démarche qui aboutit à la finalisation du porteur multifonction Optimum.
« Depuis 2015, nous pratiquons le lean manufacturing, version occidentale du TPS (Toyota Production System), qui repose essentiellement sur l’élimination des gaspillages, l’optimisation des flux et des stocks, la suppression des actions et gestes inutiles. Nous avons ainsi pu largement accroître notre activité, tout en réalisant des gains de temps et d’espace. Le principe du lean manufacturing repose sur une amélioration continue, efficace uniquement s’il s’appuie sur une totale implication de l’ensemble du personnel.»
Pratiquant une production très intégrée, Pellenc a envoyé des observateurs dans de très grandes entreprises de l’aéronautique et de l’automobile pour s’inspirer des modèles en vigueur, imaginer les solutions permettant d’atteindre un haut niveau de qualité, et préserver son avance technologique.  »

Source : Paysages Actualités / Jean-Pierre NOLLET /  1 février 2018